Le Prix pour services insignes de la fonction publique du Canada 2014

Accueil

Récipiendaires des
prix précédents

Contactez-nous

Brochure des prix pour services insignes 2014

Le Prix pour services
insignes de la fonction publique
du Canada
2014
Rideau Hall

Le Prix pour services insignes (PSI) est différent des autres prix puisqu’il relève du premier ministre et qu’il s’agit de la plus importante marque de reconnaissance accordée aux hauts fonctionnaires canadiens. Présenté pour la première fois en 1966, le PSI vise à reconnaître le rendement exceptionnel et soutenu de fonctionnaires de carrière occupant à temps plein un poste de cadre supérieur ou de sous-ministre, ou l’équivalent. Il s’agit d’une célébration des réalisations des hauts fonctionnaires et d’un symbole de la fierté et de l’excellence de la fonction publique.

Comité de sélection

Les membres du Comité de sélection du PSI sont nommés par le premier ministre du Canada pour examiner les candidatures et lui soumettre ses recommandations. Le Comité est composé de personnalités canadiennes ainsi que d’un représentant du Cabinet du premier ministre.

  • L. Denis Desautels - Président
  • Howard Anglin
  • Peter MacKinnon
  • L’honorable Larry Smith
  • Kay Stanley
  • Barbara Stymiest



Lauréat du Prix pour services insignes de la fonction publique du Canada 2014

Ian Burney
Ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement

Photo d'Ian Burney Pendant sa remarquable carrière, Ian Burney s’est employé avec détermination à faire avancer les intérêts internationaux et la prospérité économique du Canada. Son leadership, ses capacités de négociation et sa crédibilité auprès du milieu des affaires du Canada ont grandement contribué au façonnement et à la progression du programme de négociations commerciales le plus vaste et le plus ambitieux de l’histoire du pays.

Titulaire d’un baccalauréat ès arts avec spécialisation de l’Université McGill et d’une maîtrise ès arts en affaires internationales de l’Université de Toronto, M. Burney s’est joint au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international en 1987. Il a occupé plusieurs postes à l’Administration centrale, a exercé des fonctions diplomatiques à l’étranger et a été détaché au Bureau du Conseil privé, avant d’intégrer le niveau de la direction en 1999. Il a depuis occupé des postes de plus en plus élevés dans la haute direction dans le domaine du commerce international, ce qui lui a permis de s’établir comme un expert du commerce stratégique, un négociateur de grand talent et un excellent gestionnaire.

De 2004 à 2006, à titre de directeur général de la Politique commerciale bilatérale et régionale, il a mis la table pour le changement de paradigme qui allait suivre en matière de politique commerciale du Canada. À l’époque, le programme de négociations commerciales du Canada était principalement centré sur l’Organisation mondiale du commerce et une poignée de petits partenaires bilatéraux. Conscient des risques pour les intérêts canadiens découlant du retard à conclure des ententes multilatérales alors que les autres nations tentaient de parvenir entre elles à des accords donnant un accès privilégié à leurs marchés, M. Burney s’est employé à modifier l’objectif de la politique commerciale canadienne vers le secteur bilatéral et régional. Il a été nommé négociateur en chef (bilatéral et régional) en 2006, et il a joué un rôle direct pour établir cette nouvelle orientation dans la politique commerciale du Canada dans le contexte de la Stratégie commerciale mondiale de 2007, qui a par la suite fait partie intégrante du Plan d’action économique.

M. Burney a occupé le poste de sous-ministre adjoint du Secteur du développement du commerce international, de l’investissement et de l’innovation de 2009 à 2011, pour ensuite être nommé sous-ministre adjoint du Secteur des accords commerciaux et négociations, poste qu’il occupe encore aujourd’hui. Il a agi comme élément moteur dans la mise en oeuvre du programme commercial du gouvernement à la tête de ces deux secteurs commerciaux majeurs du portefeuille du commerce.

Sous la direction de M. Burney, les négociateurs du Canada ont conclu et mis en oeuvre des ententes de libre-échange avec dix pays au cours des six dernières années. Depuis 2011, soit depuis qu’il occupe son poste actuel, son secteur a conclu plus d’une dizaine de nouveaux accords sur la promotion et la protection des investissements étrangers, y compris l’entente avec la Chine qui est entrée en vigueur en octobre 2014, en plus de signer ou de prolonger 30 accords sur le transport aérien. M. Burney a aussi joué un rôle de gestion important en appui aux négociations relatives à l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne, une entente historique. Il a de plus été un intervenant important dans la campagne fructueuse visant à assurer la participation du Canada aux négociations relatives au Partenariat transpacifique.

Parmi les faits saillants de la carrière de M. Burney, notons son rôle de négociateur en chef dès le début des négociations sur l’entente de libre-échange entre le Canada et la Corée, en 2005. Ses efforts soutenus et sa persévérance pendant toute la durée du difficile processus ont finalement mené à la conclusion de l’entente, annoncée par le Premier ministre Harper et le président Park en mars 2014. Cet accord historique, premier du Canada dans la région de l’Asie Pacifique, est entré en vigueur le 1er janvier 2015 et devrait contribuer à une augmentation du PIB du Canada de près de deux milliards de dollars annuellement. Il a aussi renforcé la position du Canada dans d’autres négociations en cours, comme l’initiative d’entente de partenariat économique avec le Japon, pour laquelle M. Burney agit également à titre de négociateur en chef.

M. Burney illustre à merveille ce qu’est un excellent leader. Ses efforts sont axés sur les résultats, et il a gagné la confiance et le respect des intervenants du secteur privé, de ses collègues à tous les niveaux de gouvernement et de ses homologues étrangers. Globalement, les nombreuses initiatives commerciales négociées sous l’égide de M. Burney auront une incidence positive majeure sur l’économie canadienne et représentent un legs durable de ses efforts à faire progresser les intérêts du Canada à l’étranger.