Le Prix pour services insignes de la fonction publique du Canada 2012

Accueil

Récipiendaires des
prix précédents

Contactez-nous

Fiche d'information - Le Prix pour services insignes

22 janvier 2013
Ottawa, Ontario

Le gouvernement du Canada a créé le Prix pour services insignes en 1966. Ce prix est considéré comme le plus prestigieux de la fonction publique. Il est décerné à de hauts fonctionnaires qui se sont distingués par leur poursuite constante de l'excellence dans le but de moderniser la prestation des services, de faire de la fonction publique une institution nationale dynamique et tournée vers l'avenir ou de mieux servir les intérêts du Canada sur la scène mondiale. L'attribution de ce prix témoigne de l'importance que le gouvernement attache à l'efficacité de la fonction publique et à la prestation de services de qualité aux Canadiens et aux Canadiennes.

Chaque prix consiste en un certificat encadré signé par le Premier ministre et par le gouverneur général, une épinglette en or et une ouvre d'art canadienne. Un total de 87 prix ont été décernés en tout depuis la création du programme, en comptant la lauréate de cette année.

Le comité de sélection du Prix pour services insignes est composé de personnalités canadiennes nommées par le Premier ministre et représentant un vaste éventail de personnes et de groupes de l'extérieur de la fonction publique. Le comité examine les candidatures et fait des recommandations directement au Premier ministre. Pour pouvoir être considérés pour le prix, les candidats doivent être des professionnels exerçant des fonctions de cadre supérieur, d'administrateur général ou l'équivalent, y compris les personnes nommées par le gouverneur en conseil, et occupant au moment de leur mise en candidature un poste à temps plein.

Lauréate du Prix pour services insignes de 2012 : Susan M. W. Cartwright, Bureau du Conseil privé

Durant sa longue carrière de fonctionnaire, Susan Cartwright a incarné de façon constante et inébranlable les valeurs de la fonction publique du Canada, tout en manifestant l'intelligence, l'intégrité et le professionnalisme qui ont fait d'elle une leader solide aux yeux de ses employés et de ses pairs.

Après avoir obtenu une maîtrise ès arts de l'Université de Waterloo, Mme Cartwright a fait son entrée dans la fonction publique fédérale en tant que déléguée commerciale, au sein de ce qui était alors le ministère de l'Industrie et du Commerce. Elle a poursuivi la majeure partie de sa carrière au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, où elle a servi les intérêts du Canada dans certains des marchés les plus vastes du monde en Afrique, en Inde et en Australie. À la fin des années 1990, Mme Cartwright est devenue ambassadrice du Canada en Hongrie, en Slovénie et en Albanie, où elle a veillé à ce que la politique étrangère du Canada reflète les vraies valeurs canadiennes et fasse avancer les intérêts nationaux du Canada à l'étranger.

De 2002 à 2007, Mme Cartwright a occupé des postes de direction à Pêches et Océans Canada, au Secrétariat du Conseil du Trésor et à Santé Canada. Dans chacun de ces postes, elle a fait preuve d'un enthousiasme et d'une vision extraordinaires. Ces deux qualités se sont particulièrement manifestées dans les dossiers axés sur la transformation et le changement, et ont souvent suscité l'engagement et le soutien de ses collègues.

Durant son mandat au Conseil du Trésor, on a chargé Mme Cartwright de diriger l'élaboration d'un texte législatif central et sensible pour le gouvernement : la Loi fédérale sur la responsabilité. Cette loi visait à accroître la responsabilité, la transparence et la surveillance relativement aux activités du gouvernement.

En 2007, après avoir géré efficacement le dossier de la Loi fédérale sur la responsabilité et au terme de son mandat auprès de Santé Canada, Mme Cartwright a été nommée conseillère en matière de politique étrangère et de défense auprès du Premier ministre et sous-secrétaire du Cabinet au Bureau du Conseil privé.

En raison de son engagement à l'égard de l'action et de la bonne gouvernance, Mme Cartwright a été appelée à diriger la révision législative de la Loi sur la modernisation de la fonction publique de 2009 à 2011. Comme elle l'avait fait dans le cas de la Loi fédérale sur la responsabilité, Mme Cartwright a clairement indiqué que la participation de fonctionnaires fédéraux de tous les niveaux à l'examen était aussi importante que le produit final. Ainsi, elle a fait appel au plus grand nombre de personnes possible, a remis en question la façon de penser traditionnelle et a favorisé une approche multidisciplinaire. Les travaux ont débouché sur un rapport de grande qualité, déposé au Parlement en décembre 2011, qui consiste en un appel à l'action pour la fonction publique de l'avenir.

Mme Cartwright a pris sa retraite de la fonction publique du Canada le 30 mars 2012, après 31 ans de service. Elle continue de servir les Canadiens en tant que commissaire à temps partiel de la Commission de la fonction publique du Canada, en plus d'agir comme une dirigeante communautaire en tant que membre du conseil d'administration de la Fondation de l'Hôpital d'Ottawa.