Rapport sur les dépenses annuelles de voyages, d'accueil et de conférences

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d'autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous ».

Comme l’exige la Directive sur la gestion des dépenses de voyages, d’accueil et de conférences du Conseil du Trésor, le présent rapport fournit de l’information sur les dépenses annuelles totales de voyages, d’accueil et de conférences du Bureau du Conseil privé (BCP) pour l’exercice se terminant le 31 mars 2012.

Cette information est mise à jour annuellement et ne contient pas les renseignements non divulgués en vertu de la Loi sur l’accès à l’information ou de la Loi sur la protection des renseignements personnels.

Les dépenses de voyages, d’accueil et de conférences engagées par les ministères et agences fédéraux appuient pour la plupart directement le mandat ministériel et les priorités gouvernementales.

Le BCP a pour mandat de servir le Canada et la population en conseillant et en assistant, au mieux et en toute impartialité, le Premier ministre, les ministres du portefeuille et le Cabinet. Le BCP soutient l’élaboration de l’orientation stratégique du gouvernement du Canada, il coordonne la prise de mesures en réaction aux problèmes auxquels se heurte celui-ci, de même que tout le Canada et il contribue au bon fonctionnement du Cabinet. En sa qualité de chef de la fonction publique fédérale, le greffier du Conseil privé établit la direction stratégique et coordonne l’ensemble des enjeux majeurs de la fonction publique.

Le BCP, dirigé par le greffier du Conseil privé, aide le gouvernement du Canada à mettre en œuvre sa vision et à répondre aux enjeux auxquels doivent faire face le gouvernement et le pays, de façon efficace et rapide.

Pour de plus ample information, veuillez visiter le site web du BCP.

(en milliers de dollars)
Catégorie de dépenses Dépenses pour l’exercice prenant fin le 31 mars 2012
(a)
Dépenses pour l’exercice précédent se terminant le 31 mars 2011**
(b)
   Écart
(a – b)
Voyages – fonctionnaires 1 689 1 921 (232)
Voyages – non-fonctionnaires 643 786 (143)
Voyages internationaux du ministre et de son personnel * 23 30 (7)
Total des frais de voyages 2 355 2 737 (382)
Accueil 210 263 (53)
Conférences 0 3 (3)
Total 2 565 3 003 (438)
  1. *    Comprend les voyages internationaux dans le cadre d’un programme de l’organisme.
  2. **  Nota : Les chiffres pour l’exercice se terminant le 31 mars 2011 ont été retraités au titre des Voyages – fonctionnaires (de 2 605 $ à 1 921 $) et au titre des Voyages – non‑fonctionnaires (de 102 $ à 786 $). Cependant, le total des frais de voyages demeure le même.

Analyse des écarts

  • Voyages:
    • Fonctionnaires :  Par rapport à l’exercice 2010-2011, les dépenses liées à des voyages effectués par des fonctionnaires pour le compte de l’organisme ont diminué notamment pour les raisons suivantes :
      • une diminution des dépenses associées au Bureau du coordonnateur de la sécurité des Olympiques de 2010 et du G8, au Groupe d’experts-arbitres sur les détenus afghans et au Groupe de travail sur l’Afghanistan qui, soit n’étaient plus en fonction en 2011-2012, soit étaient en voie de cesser leurs activités ;
      • une diminution des dépenses liées au Soutien des tournées du Premier ministre avec moins de voyages intérieurs en 2011-2012 ;
      • une diminution des dépenses liées aux commissions d’enquête attribuable au fait que le BCP avait trois commissions actives en 2010-2011 (la Commission d'enquête relative aux mesures d'investigation prises à la suite de l'attentat à la bombe commis contre le vol 182 d'Air India et la Commission d’enquête concernant les allégations au sujet des transactions financières et commerciales entre Karlheinz Schreiber et le très honorable Brian Mulroney, qui ont cessé leurs activités en 2010-2011, ainsi que la Commission d’enquête sur le déclin des populations de saumon rouge du fleuve Fraser) comparativement à une commission en 2011-2012.
      Ces réductions sont partiellement compensées par :
      • une hausse des dépenses du Bureau du conseiller à la sécurité nationale auprès du Premier ministre attribuable à la nomination d’un nouveau conseiller à la sécurité nationale auprès du Premier ministre avec un rôle légèrement différent qui requiert plus de déplacements.
    • Non-fonctionnaires : Par rapport à l’exercice 2010-2011, les dépenses liées à des voyages effectués par des non-fonctionnaires pour le compte de l’organisme ont diminué principalement pour la raison suivante :
      • une baisse des dépenses du Cabinet du Premier ministre attribuable aux efforts de réduction de coûts déployés à l’échelle de l’organisme ainsi que les élections fédérales de mai 2011. De plus, le Premier ministre a eu moins de voyages intérieurs comparativement à 2010-2011.
    • Voyages internationaux des ministres et de leurs personnels : Par rapport à l’exercice 2010‑2011, il n’y a aucun écart important en ce qui concerne les dépenses liées à des voyages effectués par les ministres et leur personnel à l’étranger. Veuillez noter que les dépenses liées à des voyages effectués par le Cabinet du Premier ministre à l’étranger sont couvertes par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.
  • Accueil : La diminution des dépenses liées à l’accueil par rapport à l’exercice 2010-2011 est principalement attribuable  :
    • à la réduction des frais d’accueil associés aux réunions des comités du Cabinet;
    • à la réduction des frais d’accueil associés au Groupe de travail sur l’Afghanistan, qui était en voie de cesser ses activités;
    • aux efforts constants déployés à l’échelle de l’organisation pour réduire les frais d’accueil.
  • Conférences : Par rapport à l’exercice 2010-2011, il n’y a aucun écart important en ce qui concerne les dépenses de l’organisme liées aux conférences.