Lettre du Président du sous-comité du recrutement

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous ».

La fonction publique du Canada a toujours visé l'excellence et l'innovation pour répondre aux besoins de notre pays. Tout au long de son histoire, la fonction publique s'est servi du recrutement comme un moyen de bénéficier d'idées, d'aptitudes et de perspectives nouvelles.

Le discours du Trône de 1999 contient entre autres l'engagement suivant : « Le gouvernement mettra aussi l'accent sur le recrutement, le maintien en poste et l'apprentissage permanent à la fonction publique du Canada, afin qu'elle demeure forte, représentative, professionnelle, non partisane et capable de fournir aux Canadiens et aux Canadiennes les services de la plus haute qualité à l'orée du XXIe siècle. »

J'ai choisi de diriger le Sous-comité du CHF sur le recrutement en raison de l'importance que j'attache à cette question. Le travail accompli par le Sous-comité nous a permis d'analyser les enjeux, de recenser ce qui s'est fait jusqu'à présent en matière de recrutement et de définir des mesures claires que les leaders à tous les niveaux peuvent et devraient prendre. Le Sous-comité a en outre proposé des idées nouvelles et invité les gestionnaires, les organismes centraux et les ministères à envisager des façons plus innovatrices de recruter du personnel. Il faudra préciser certaines de ces idées et en déterminer le coût, mais le Sous-comité les a quand même incluses dans ce rapport pour indiquer l'orientation qu'il entend prendre. Entre-temps, les choses ont commencé à bouger dans les ministères, et chaque leader peut faire quelque chose sans attendre que quelqu'un d'autre fasse le premier pas. Les défis qui nous attendent sont très stimulants.

Les facteurs démographiques et les réalités du marché du travail ont dégarni nos rangs, et la situation risque encore de s'aggraver davantage si nous ne menons pas une véritable offensive de recrutement. En ma qualité de chef de la fonction publique, j'ai l'intime conviction que la fonction publique canadienne peut et doit faire preuve d'audace si elle veut attirer de jeunes travailleurs compétents et leur donner la chance de se dévouer pour leurs concitoyens. Nous avons besoin d'une fonction publique dynamique pour que notre pays conserve son niveau de vie élevé et sa position d'influence dans le monde.

Le recrutement nous offre également la possibilité de diversifier nos effectifs. Le mérite continuera d'être à la base de notre stratégie d'embauche et c'est ce qui nous permettra d'obtenir de meilleurs résultats, d'encourager les gens à se dépasser et de valoriser différents talents.

Je profite de l'occasion pour remercier les membres du Sous-comité de leur contribution à la fois honnête et innovatrice. Je remercie plus particulièrement Jean–Guy Fleury de son travail à titre de secrétaire, et les fonctionnaires de la Commission de la fonction publique du Canada et du Secrétariat du Conseil du Trésor, pour leur précieuse collaboration. Avec le leadership dont chacun continuera de faire preuve, les recommandations du présent rapport ont toutes les chances d'être appliquées avec succès.

 

Mel Cappe
Greffier du Conseil privé, Chef de la fonction publique,
et secrétaire du Cabinet


Membres du Sous-comité du recrutement

Mel Cappe (président)
Ronald Bilodeau
Margaret Bloodworth
David Dodge
Donald Drummond
André Gladu
Claire Morris
Morris Rosenberg
Scott Serson
Carole Swan
Jean–Guy Fleury (secrétaire)

[Table des matières] [Suivant]