Colombie-Britannique

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous ».


I Le processus décisionnel

Le processus décisionnel officiel de la Colombie-Britannique est centré sur le Conseil exécutif, appellé communément le Cabinet. Le Premier ministre a la prérogative de nommer les ministres au Cabinet et aux comités du Cabinet. Exception faite du Conseil du Trésor et du Comité sur l'environnement et l'utilisation des terres, qui sont établis par voie législative, tous les comités du Cabinet sont mis sur pied par le Premier ministre. Ces comités comprennent également des membres du caucus qui participent pleinement aux travaux de ceux auxquels ils ont été nommés. Les comités sont les suivants :

- le Conseil du Trésor;

- le Comité de la planification et des priorités;

- le Comité du Cabinet chargé des règlements et des décrets;

- le Comité du Cabinet et du caucus sur la législation; et

- le Comité sur l'environnement et l'utilisation des terres.

Il existe aussi un sous-groupe du Conseil du Trésor, soit le Groupe de travail sur les sociétés de la Couronne, ainsi que deux sous-groupes du Comité de la planification et des priorités, à savoir le Groupe de travail sur les pêches et le Groupe de travail sur les questions intéressant les Premières Nations.

Chaque comité ou groupe de travail est présidé par un ministre, exception faite du Comité de la planification et des priorités qui est présidé par le Premier ministre.

L'Assemblée législative compte 75 députés, dont 38 siègent sur les bancs du gouvernement; 19 de ces derniers sont ministres. À l'heure actuelle, neuf députés de l'arrière-ban du gouvernement sont membres de comités du Cabinet (deux d'entre-eux siègent à deux comités).

Les comités du Cabinet existent afin de permettre l'étude approfondie des possibilités offertes, la recherche de solutions aux questions litigieuses et l'examen minutieux de toutes les répercussions des décisions sur l'ensemble de l'administration gouvernementale. L'existence de ces comités a également pour but d'assurer que les initiatives stratégiques et financières sont bien élaborées avant d'être présentées au Cabinet, permettant ainsi d'orienter l'ordre du jour de ce dernier sur les priorités et les grandes orientations publiques.

II Les organismes centraux

En Colombie-Britannique, le Premier ministre et le Cabinet sont appuyés dans l'exercice de leurs responsabilités par les ministères d'exécution et les organismes centraux. Les deux principaux organismes centraux sont le Conseil exécutif et le Conseil du Trésor.

Le Premier ministre est appuyé dans ses tâches par deux organisations. Le Cabinet du Premier ministre comprend le personnel particulier et le personnel politique du Premier ministre. Le secrétaire principal surveille les activités de ce cabinet chargé de l'agenda, de la correspondance et des communications du Premier ministre.

Le Bureau du Conseil exécutif aide le Premier ministre à s'acquitter de toutes ses responsabilités de chef du gouvernement. Ces deux organisations ont chacune un rôle distinct, mais elles doivent se consulter et coordonner leur travail de façon suivie.

1. Le Bureau du Conseil exécutif

Sous la direction du sous-ministre auprès du Premier ministre, cet organisme central offre des conseils intégrés au Premier ministre et au Cabinet au sujet des priorités et des dossiers de l'ensemble du gouvernement. Le sous-ministre auprès du Premier ministre coordonne et surveille la gestion de la majorité des questions intéressant le gouvernement et des initiatives gouvernementales, conseille le Premier ministre et le Cabinet sur toute question de politiques et est le chef de la fonction publique.

Trois secrétariats relèvent du sous-ministre auprès du Premier ministre : le Secrétariat des opérations du Cabinet, le Secrétariat du Cabinet chargé des politiques et des communications et le Secrétariat des relations intergouvernementales.

Il incombe au sous-ministre auprès du Premier ministre de diriger la communauté des sous-ministres. Il préside le Conseil des sous-ministres, groupe qui passe en revue toute question pangouvernementale, dont la planification stratégique et le budget, en passant par la rationalisation des opérations du gouvernement et les initiatives communes à l'ensemble de l'administration gouvernementale.

En tant que chef de la fonction publique, le sous-ministre auprès du Premier ministre a la responsabilité de gérer le personnel aux échelons supérieurs de la fonction publique. Il donne des avis au Premier ministre et au Cabinet sur le choix, la nomination, l'examen du rendement et la révocation des personnes nommées par le lieutenant-gouverneur en conseil. Il surveille également le renouvellement de la fonction publique ainsi que la formation et le perfectionnement de ses membres.

Le sous-ministre auprès du Premier ministre a aussi la responsabilité de la direction du Secrétariat des relations intergouvernementales. Le Secrétariat gère l'approche d'ensemble de la Colombie-Britannique en matière de relations intergouvernementales; il donne des conseils sur les priorités fédérales-provinciales du gouvernement et en assure la planification stratégique; il suit les initiatives des gouvernements fédéral, provinciaux et étrangers dans la mesure où elles touchent les intérêts de la province; il gère le dossier de l'unité nationale; il coordonne les positions de la province sur les initiatives intergouvernementales; et il a la responsabilité du protocole gouvernemental et de l'organisation des événements officiels. Il relève directement du ministre des Affaires intergouvernementales, ainsi que du Premier ministre, par l'entremise du sous-ministre auprès de ce dernier. Il est chargé de l'analyse des politiques, de la prestation de conseils et de la planification relativement à la participation du Premier ministre aux réunions des premiers ministres provinciaux et à leur Conférence annuelle, aux conférences des premiers ministres de l'Ouest canadien et aux missions commerciales internationales. Il surveille par ailleurs les activités de la délégation de la Colombie-Britannique, à Ottawa.

Le Secrétariat des opérations du Cabinet relève également du Premier ministre par l'entremise du sous-ministre auprès de ce dernier. Le secrétaire du Cabinet en est le premier dirigeant et a la responsabilité d'informer et de conseiller les ministres au sujet des questions soumises au Cabinet, d'assurer les services de gestion et de secrétariat au Cabinet et à ses comités, de tenir un registre des délibérations du Cabinet et de communiquer les décisions de ce dernier à l'ensemble de l'administration. Pour toutes les questions relatives à l'ordre du jour des réunions du Cabinet, le secrétaire du Cabinet relève directement du Premier ministre.

Le Secrétariat du Cabinet chargé des politiques et des communications est dirigé par un sous-ministre relevant du Premier ministre par l'entremise du sous-ministre auprès de ce dernier. La Direction des politiques apporte son concours à l'élaboration, à la coordination et à la mise en oeuvre des priorités gouvernementales en matière de politiques et assure l'examen stratégique des mémoires présentés au Cabinet et au Conseil du Trésor, des projets de lois et des demandes de lois et de renseignements. La Direction des communications a pour tâche de veiller à la coordination des communications et des relations publiques du gouvernement, à leur cohérence et à leur efficacité à servir le public.

Le sous-ministre auprès du Premier ministre a mis sur pied un Comité chargé d'assurer la collaboration et la coordination. Le sous-ministre, le secrétaire du Cabinet, le sous-ministre chargé des politiques et des communications du Cabinet, le premier secrétaire du Premier ministre et le directeur des communications se réunissent régulièrement. Grâce à cette structure informelle, ils peuvent assurer la coordination des nouveaux dossiers, des priorités stratégiques et des politiques dans le cadre des conseils qui sont donnés quotidiennement au Premier ministre.

2. Le Secrétariat du Conseil du Trésor

Le Secrétariat du Conseil du Trésor est l'autre organisme central qui, par l'entremise du Comité du Conseil du Trésor, contribue au soutien du Cabinet. Il est chargé de s'assurer que les deniers publics sont gérés et dépensés dans l'intérêt public en procédant à des analyses et en donnant des conseils au Conseil du Trésor que préside le ministre des Finances et des Relations avec les sociétés.

La Financial Administration Act donne au Conseil du Trésor le pouvoir d'évaluer le caractère économique et l'efficacité des programmes gouvernementaux, et de prendre des décisions touchant les politiques et méthodes de comptabilité du gouvernement, sa gestion et ses contrôles financiers, ainsi que sa gestion du personnel.

Dirigé par le sous-ministre du Conseil du Trésor, le Secrétariat du Conseil du Trésor appuie le comité du Cabinet lors de l'élaboration du budget annuel et du budget des dépenses et assure la gestion du processus du plan touchant le capital consolidé.

3. La Commission de la fonction publique

La Commission de la fonction publique est dirigée par le commissaire de la fonction publique. Elle a pour mandat d'assurer l'orientation générale des politiques d'embauche et de surveiller les mécanismes d'appel. Les pouvoirs de la Commission de la fonction publique en matière d'embauche ont été délégués aux divers ministères, mais ceux-ci doivent veiller à appliquer les politiques de dotation qu'elle a établies. La Commission a en outre la responsabilité de la publication intitulée « Postings », dans laquelle les postes vacants à la fonction publique peuvent être annoncés. On encourage fortement la mobilité des bons gestionnaires et des personnes qui donnent un rendement exceptionnel aux échelons supérieurs de la fonction publique. Les superviseurs procèdent chaque année à l'évaluation du rendement de leur personnel à tous les échelons de la fonction publique.


[ Table des matières ]