Réception au BCP pour le départ à la retraite du Greffier

Information archivée dans le Web

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d'autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous ».

Allocution de l'honorable Kevin G. Lynch
Greffier du Conseil privé, Secrétaire du Cabinet et chef de la fonction publique

Le 25 juin 2009
Ottawa (Ontario)


J'aimerais d'abord et avant tout remercier Sanjeev Chowdhury, Jean-François Tremblay et Marie-Lucie Morin de leurs propos extrêmement élogieux, mais tout de même excessifs; Dave Hicks et Deb Brown, dont les aptitudes en montage numérique donnent froid dans le dos, ainsi que tous ceux et celles qui ont généreusement accepté d'organiser cette réception, et qui pensent  « C'est assez! Est-ce qu'il va finalement se retirer ».

Pour ma part, j'estime que le moment est venu de prendre ma retraite. Toutefois, je trouve les adieux trop définitifs, alors je me contenterai aujourd'hui de faire des remerciements.

Premièrement, j'aimerais remercier ce pays exceptionnel qu'est le Canada, qui a permis à quelqu'un du cap Breton, une région isolée, essentiellement rurale, relativement pauvre mais dotée d'écoles publiques, de devenir greffier du Conseil privé.

Certains pourront en déduire que n'importe qui peut devenir greffier (j'en suis la preuve vivante), mais à mon avis, cela signifie plutôt que tous les Canadiens ont la possibilité de se réaliser, peu importe leurs antécédents, leur région, leur sexe, leur langue ou leur culture.

Je tiens à vous préciser que la plupart des Cap-Bretonnais interprètent cet emploi littéralement. Ils se réjouissent que l'un des leurs ait obtenu un poste de greffier et de secrétaire au gouvernement fédéral, mais ils ne comprennent pas exactement l'excitement. Après tout, n'y a-t-il pas beaucoup de greffiers et de secrétaires à Ottawa? Ils se demandent également si ce n'est pas un peu égoïste de ma part de cumuler deux emplois alors que tant de Cap-Bretonnais n'en ont aucun. Mais revenons à nos moutons.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je parle du cap Breton – après tout, j'habite Ottawa depuis 33 ans. C'est que, voyez-vous, j'ai l'intime conviction que la fonction publique doit recruter ses membres d'un océan à l'autre pour être en mesure de vraiment comprendre ce complexe et merveilleux pays et d'aider le gouvernement de l'heure à bien s'acquitter de son mandat. Comme on le dit parfois, notre position agit sur ce que nous voyons, mais pas forcément sur ce que nous en pensons. D'où l'importance de la diversité dans la fonction publique du Canada.

Deuxièmement, j'aimerais remercier la fonction publique du Canada, une institution canadienne aussi exceptionnelle qu'essentielle. Les possibilités de carrière y sont innombrables, et les gens ont la possibilité d'y poser des gestes, petits et grands, qui contribuent au mieux-être des Canadiens. Il n'y a pas deux employeurs comme la fonction publique. C'est la raison pour laquelle vous en avez joint les rangs; et c'est la raison pour laquelle je l'ai fait, moi aussi. Les 33 années que j'y ai passées, dont 15 à titre de sous-ministre et plus de trois en tant que greffier, ont été des plus gratifiantes sur le plan professionnel. Pour rien au monde je n'échangerais une seule minute de cette expérience.

Troisièmement, j'aimerais remercier le Premier ministre d'avoir fait de moi le 20e greffier du Conseil privé. Le greffier joue un rôle unique au sein de notre régime parlementaire fondé sur le modèle britannique. Il doit être impartial, entretenir avec le Premier ministre des liens étroits fondés sur le respect et être disponible en tout temps pour offrir des conseils, des directives et du soutien, de même que prendre des décisions concernant un large éventail d'enjeux.

Le greffier du Conseil privé se voit offrir des occasions uniques de rencontrer des Canadiens des quatre coins du pays, de dialoguer avec les leaders de ce monde et d'assister à des moments historiques. En ce qui me concerne, mes deux séjours en Afghanistan ont changé ma vie, et mes visites dans le Nord canadien m'ont ouvert les yeux sur la chance unique que nous avons d'habiter un pays nordique. Mes expéditions en compagnie des Forces spéciales m'ont permis de comprendre exactement ce qu'est le dévouement envers un pays et une mission. Mon récent passage à New York après l'effondrement des marchés m'a confirmé que les politiques publiques adoptées par le Canada nous avaient bel et bien protégés. Vous avez raison d'en être fiers!

Quatrièmement, j'aimerais remercier la collectivité des sous-ministres. Aucun autre emploi ne se compare à celui de sous-ministre : épuisant, difficile, parfois exaspérant, mais de la plus haute importance. Vous êtes un groupe formidable, un atout de taille pour le pays et pour le gouvernement.

Cinquièmement, j'aimerais remercier l'équipe de direction du BCP. J'ai eu le privilège d'être entouré de la plus talentueuse, de la plus dévouée, de la plus innovatrice et la plus consciencieuse de toutes les équipes du gouvernement. Elle n'a pas son égale, même dans le secteur privé.

Sixièmement, je tiens à témoigner toute ma reconnaissance à Angèle Delisle, qui est tout simplement la fonctionnaire la plus dévouée que je connaisse. Elle est pour moi l'incarnation même de l'excellence, de la concentration et de l'efficacité. Angèle est la collègue, la conseillère et l'amie la plus précieuse dont un fonctionnaire puisse rêver. Elle est également celle sans qui un certain Cap-Bretonnais n'aurait jamais pu connaître une aussi brillante carrière dans la fonction publique fédérale.

Septièmement, je veux remercier du plus profond de mon cœur ma femme Karen et les autres membres de ma famille. Ils savent pertinemment toutes les heures, l'énergie et l'attention qu'un emploi de cadre supérieur dans la fonction publique peut exiger, et ils m'ont fourni le soutien et les encouragements nécessaires pour réussir.

Huitièmement, j'aimerais remercier tous les employés du BCP pour leur dévouement envers l'organisme, et pour le précieux soutien qu'ils m'ont fourni pendant trois ans et demi. Tout spécialement les employés de mon bureau, une équipe formidable dont le travail a été dûment souligné la semaine dernière lors de la cérémonie de remise des primes du BCP, de même que tous les analystes du BCP qui ont dû déchiffrer mes gribouillages cap-bretonnais dans les documents à modifier. Ces talentueux employés ont préparé plus de 16 000 notes de breffage à l'intention du Premier ministre pendant que j'ai été greffier. 

Merci également aux responsables de la sécurité au BCP pour leur patience à mon égard, moi qui leur ai demandé un nombre incalculable de fois de m'ouvrir les portes de l'édifice tard en soirée de même que les fins de semaine, et aux employés exceptionnels du standard du CPM qui sont toujours polis, peu importe l'heure, et qui arrivent toujours, comme par miracle, à trouver la personne demandée. Merci aussi à l'équipe des Décrets du conseil, qui m'a guidé au cours de nombreuses assermentations de ministres malgré ma peur de les confondre, de même qu'au Secrétariat de l'appareil gouvernemental, qui m'a aidé à saisir toute l'importance de nos institutions. Enfin, je ne peux passer sous silence le travail de l'équipe des Communications, qui faisait que les idées semblaient toujours si cohérentes, logiques et intéressantes que je donnais mon aval à tous coups, et celui du Secrétariat du personnel supérieur, qui m'a appuyé dans le processus de nomination de plus de 65 sous-ministres et sous-ministres délégués pendant que j'ai été greffier.

Et la liste ne s'arrête par là, parce que vous avez été si nombreux à avoir accompli votre travail avec brio afin d'aider le BCP et le greffier à remplir leur mandat.

Pour terminer :

  • merci à vous tous et toutes pour votre soutien;
  • merci pour votre amitié;
  • merci pour votre dévouement envers la fonction publique;
  • merci d'avoir été là lorsque j'avais besoin de vous, et merci pour tout le reste.